Partagez | 
 

 △ NOVALEE MADE SOME CRÈME BRÛLÉE LAY LAY LAY LAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMINISTRATRICE DE FML

MESSAGES : 1464


INFORMATIONS
EMPLOI/ÉTUDES: Barmaid et troubadour
RELATIONS:
STATUT: Célibataire

MessageSujet: △ NOVALEE MADE SOME CRÈME BRÛLÉE LAY LAY LAY LAY   Ven 8 Juin 2012 - 5:07



© diaryofdelena (tumblr)
Novalee Keira Lafleur
~ They’ve got everything you need, satisfaction guaranteed. The magical mystery tour is hoping to take you away. ~
~ Hide in your shell


NOM: Comme la plupart des personnes, elle a hérité du nom de famille de son paternel. : Lafleur. Elle reçoit souvent des compliments, les gens étant charmés et curieux face à sa consonance visiblement francophone. Parce qu’elle en a assez de devoir traduire ce qu’il veut dire et, surtout, d’entendre à peu près tout le monde le massacrer, on ne peut pas dire qu’elle porte particulièrement son nom dans son cœur. Si ses parents avaient décidé de lui faire porter les deux noms, elle ajouterait à sa signature le nom russe du pays natal de sa mère : Kovalesky. Elle est contente de n’en porter qu’un.  PRÉNOMS: Un prénom américain pour une fille américaine. Novalee. Son prénom signifie nouvelle (nova) prairie (lee). Novalee doute que son nom ait été inspiré de par sa signification, mais elle l’aime bien. Elle n’a jamais eu de camarade de classe portant le même et elle aime bien se sentir ‘rare’. SURNOMS: Elle répond le plus souvent aux surnoms : Nova, Lee, Lily, Flower et Lafleur. Si certaines personnes ne sont pas très attirées par les surnoms, pour Novalee, c’est tout à fait le contraire. Elle trouve plaisant lorsqu’elle est suffisamment près d’une personne pour que l’emploi de surnoms se glisse naturellement. C’est plus personnel. ÂGE: Novalee a soufflé ses vingt-trois bougies. DATE DE NAISSANCE: Elle est née le 31 octobre 1987 à Bâton Rouge, dans l’état de la Louisiane, aux États-Unis. NATIONALITÉ: Américaine. STATUT CIVIL: Novalee est célibataire et fière de l’être. Si certains vivent mal le célibat, la brunette, elle, apprécie de pouvoir dormir dans tous les sens et tourner toute la nuit, sans partager ses couvertures. MÉTIER/ETUDE: Elle a étudié la musique à l’université et travaille en tant que barmaid au bar local de la ville où son band accapare la scène environs une fois par semaine. Dans ses temps libre, elle joue les troubadours en se pointant au town square de Fairview, sa guitare à la main et joue pour divertir les passants.TRAITS DE CARACTÈRE: Bruyante, dynamique, excitée, curieuse, adroite, observatrice, empathique, extravertie, sympathique, sociable, drôle, espiègle, joueuse et taquine, gourmande, aimante, chaleureuse, sensible, soupe au lait, dragueuse, artistique, serviable, maternelle, loyale et fidèle, généreuse, profiteuse, flamboyante, attachante, bavarde, courtoise, bordélique, vulgaire, peureuse, suave, pétillante, cynique, sarcastique, caractérielle, incorrecte, surexcitée, impertinente et disjonctée. GROUPE: Fairview Apartments.

~ Ain't nobody but me


Les choses suivantes sont importantes pour vous (cochez):
la franchise
l'amour
la fidélité
la vie commune
fonder une famille
aider son prochain
l'alcool/les soirées
les animaux
le plein air
le mariage
savoir cuisiner
la beauté intérieure
l'argent
les potins et ragots
la musique
belle/grande maison
le travail/les études
la mode
la littérature/culture
les arts
beaucoup d'amis
la politique
les jeux vidéos
facebook/twitter etc.
l'apparence physique
la famille
les sports


1) Il est tard, vous rentrez du boulot après avoir dû faire des heures supplémentaires, et vous surprenez Madame Langlow qui sort d'une voiture qui n'a rien de la voiture familiale de son mari et le sourire béat qui s'affiche sur ses lèvres ne laisse pas présager qu'elle revient d'un souper entre copines. Que faites-vous de cette information?
Vous ne faites rien. Ça ne vous regarde pas, après tout.
Vous en parlez à vos amis les plus proches uniquement.
Vous le dites à la pire commère du quartier. Elle s'occupera du reste.
Vous faites du chantage à Mme. Langlow. Elle vous en devra une.
Vous allez raconter à son mari et vous régalez de la confrontation.


2) La gentille vieille dame qui vit dans la maison d’en face vient sonner à votre porte un beau matin. Ayant confiance en vous et devant s’absenter pour une semaine avec son mari, elle vous demande de bien vouloir passer tous les jours à leur domicile pour arroser les plantes et nourrir le chat. Elle vous offre avec un sourire et un grand remerciement la clef de sa maison. Que faites-vous de cette responsabilité supplémentaire?
Vous acceptez et prenez soin du chat et des plantes de bon cœur.
Vous arrosez les plantes uniquement à quelques heures de leur retour et laissez le chat dehors durant la semaine, il se débrouillera pour la nourriture et les plantes n’auront pas l’air desséchées!
Vous le faites et en profitez pour explorer tous les placards de la maison et vous servir dans le garde-manger.
Vous oubliez dès le premier jour et tuez les plantes.
Vous refusez dès le départ. Vous avez l’air d’un jardinier, peut-être?


3) Vous êtes en retard pour un rendez-vous important et sautez dans votre voiture. Alors que vous quittez votre stationnement, vous écrasez quelque chose. Paniqué, vous vous empressez d’aller voir ce que c’était. Vous trouvez la bicyclette rose de la gamine d’en face. Perte totale. Que faites-vous?
Vous ramenez le tas de ferraille aux voisins en vous excusant.
Vous le balancez dans la poubelle. Les éboueurs passent bientôt et on ne saura donc jamais que c’était vous.
Vous offrez de l’argent aux voisins pour le remplacer.
Vous allez le porter derrière les roues de la voiture d’un autre voisin.
Vous assumez être celui qui a brisé la bicyclette, mais faites passer un mauvais quart d’heure à vos voisins : il n’aurait jamais dû être là et ils sont chanceux que votre voiture n’en sorte pas abimée!


4) C’est le 31 octobre. Que faites-vous, comme à chaque année, pour célébrer Halloween?
Vous offrez bonbons et divertissement aux braves qui franchiront votre célèbre maison hantée!
Vous donnez des fruits aux enfants. C’est important de manger sainement!
Vous êtes à une fête costumée et espérez bien repartir avec la belle diablesse/le beau pirate qui se tient près du punch!
Vous vous costumez et passez à chaque maison, priant qu’on ne vous reconnaisse pas sous votre déguisement.
Vous éteignez toutes les lumières et ne faites aucun bruit. On ne viendra pas sonner à votre porte si on vous croit absent!


5) Un soir de semaine, vous êtes crevé de votre journée et ne pensez qu’à vous détendre un peu devant la télévision, bol de pop corn en main, avant d’aller vous mettre au lit. Vous entrez dans le salon et, ô malheur, un de vos proches monopolise le téléviseur en regardant un film que vous avez, en plus, déjà vu! Comment réagissez-vous?
Ce que vous regardez vous importe peu. L’important c’est de passer du temps avec vos proches.
Vous proposez de trouver un compromis, une chaîne ou un film que tout le monde appréciera.
Vous vous emparez de la télécommande avec force ou ruse et changez de chaîne.
Vous regardez, mais ne faites que faire des réflexions à voix haute et spoilez les revirements de situation.
Vous poussez de longs soupires et bâillements exagérés pour montrer votre ennui et votre exaspération. On finit par vous offrir la télécommande.


6) Vous êtes invités au mariage d’une cousine éloignée dont vous ne vous souveniez même plus de l’existence. Vous n’aviez pas l’intention d’y aller, mais votre mère vous force, croyant que votre absence ferait ternir la réputation de votre famille. Quel genre d’invité êtes-vous?
Vous avez versé quelques larmes à la cérémonie. Quoi de plus beau que l’union sacrée du mariage?
Vous êtes venu seul, espérant bien repartir avec une des demoiselles d’honneur/un des garçons d’honneur!
Vous profitez à fond de l’open bar et dansez la Macarena avec vos grands oncles et tantes.
Vous profitez du fait que vous ne reconnaissez personne – et que personne ne vous reconnaisse – pour vous faire passer pour une vieille connaissance du marié et faites un long discours en l’honneur des mariés.
Vous restez à l’écart des autres et n’avez pas offert de cadeau. C’est déjà exceptionnel que vous soyez présent!


7) Comme vous le savez déjà, à Fairview, les ragots vont bon train. Vous sortez de votre maison et le voisin d’en face qui sort les ordures vous envoie la main. Une vieille commère vous voit vous saluer et, d’ici une semaine, on chuchotera derrière votre passage que vous flirtiez sans gêne. Quel est la rumeur la plus susceptible d’être propagée à votre sujet?
Vous êtes trop gentil. Vous devez cacher un lourd passé. Crime, prison, etc. Vous pourriez même être très dangereux!
Adultère et pourquoi pas un enfant illégitime?
Chirurgie esthétique. Nez, lèvres, sourcils, dentition et mêmes abdos!
Fraude/évasion fiscale et peut-être même une usurpation d’identité!
Gold digger. Il n’y a que l’argent que vous aimez et vous seriez prêt à tout pour en avoir plus...

Spoiler:
 

______________________
<img src="http://24.media.tumblr.com/tumblr_m6fvgisrjd1r4sd5ro3_250.gif"; width="210px">


Dernière édition par Novalee Lafleur le Ven 8 Juin 2012 - 5:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINISTRATRICE DE FML

MESSAGES : 1464


INFORMATIONS
EMPLOI/ÉTUDES: Barmaid et troubadour
RELATIONS:
STATUT: Célibataire

MessageSujet: Re: △ NOVALEE MADE SOME CRÈME BRÛLÉE LAY LAY LAY LAY   Ven 8 Juin 2012 - 5:28


~ Dreamer

Les parents de Novalee sont un cas... particulier. Ils sont gentils, mais incroyablement marginaux. Ils font partie de ces gens qui n’auraient sans doute jamais dû avoir d’enfants. Peut-être parce que, eux-mêmes, en seront éternellement. Sa mère, Anya, est une gymnaste et son père, Joseph, est un acrobate. Faisant partie d’une troupe se produisant dans un cirque ambulant, ils n’avaient pas exactement le rythme de vie propice à élever des enfants. Sur la route, vivant dans des motels, traversant villes et états. Novalee est restée avec eux jusqu’à l’âge de dix ans. Elle a ensuite été confiée à la cousine de son père qui vivait avec son mari et leurs deux chats à New York. Les étés, elle partait rejoindre ses parents pour les vacances. Enfant, elle voyait ses parents comme des vrais supers héros – mais quel enfant ne l’aurait pas fait à sa place? – et se languissait à ce que la saison estivale débute pour quitter la maison austère et monotone de la propriétaire d’une petite librairie indépendante et d’un antiquaire. En vieillissant, elle a réalisé que ceux qui l’avaient élevée, ceux qui étaient ses parents étaient en fait Hal et Mindy.

Évidemment, Novalee possède quelques habiletés transmises par ses parents. Elle a pratiqué la gymnastique depuis sa tendre enfance et a pratiqué ce sport jusqu’à la fin de ses études. Elle sait également jongler et elle connait quelques tours – souvent très, très médiocres – de cartes ou de pièces ‘cachées’ derrière les oreilles. Il ne se passe pas un réveillon de Noël en famille où on ne l’entend pas dire le traditionnel : « rien dans les mains, rien dans les poches… ». Elle a su faire bon usage de sa capacité à jongler pour augmenter ses pourboires. Elle sait préparer des cocktails de façon captivante avec des techniques de flair et, si ses battements de cils ne suffisent pas à accumuler les billets, ses jongleries avec les bouteilles d’alcool font l’affaire.

Novalee est une éternelle célibataire, mais elle use de son célibat à profit et multiplie les histoires sans lendemain. Sa résolution du jour de l’an était d’ailleurs de s’épargner de ‘tenter’ le coup avec un garçon, aussi gentil soit-il. Il faut dire qu’elle a le don d’attirer les pires cons. La dernière fois qu’elle a fréquenté un type de manière exclusive, il a fini par disparaitre après lui avoir volé le contenu de son portefeuille. Et les bons gars? Là, c’est elle qui devient le problème. Novalee est très indépendante et est du genre à carrément donner aucun signe de vie pendant une ou deux semaines et ensuite débarquer chez le type avec un repas et des dvd pour une petite soirée romantique. Sans parler qu’elle déteste partager son lit pour dormir. Quelqu’un qui tire la couverture de son côté toute la nuit? Non merci. Quelqu’un qu’elle aurait peur de réveiller en bougeant et tournant à sa guise? Non merci.

Si elle est nulle pour entretenir les relations, elle se rattrape pour le petit jeu de séduction qui les précède. Elle n’hésite pas à battre des cils. Et ça marche. Combien de fois s’est-elle évité des contraventions? Combien de fois a-t-elle réussi à avancer plus rapidement dans des files d’attentes parce que certains gentlemen la laissaient passer devant eux? C’est sans doute mal d’en tirer avantage de la sorte, mais elle se dit que de toute façon elle ne pourra pas le faire éternellement : il ne doit pas y avoir grand nombre de flics qui laisseraient filer avec un gentil petit avertissement une vieille de 60 ans qui fait les yeux doux.

Étant enfant unique, Novalee a toujours envié ceux qui avaient la chance d’avoir des frères et sœurs. C’était sans doute naïf de sa part, mais, en déménageant de chez Hal et Mindy à dix-neuf ans pour s’installer en appartement, elle avait l’idée que sa colocataire deviendrait une sorte de sœur pour elle. C’est pas tout à fait comment les choses se sont passées. Novalee n’avait jamais vu une personne aussi sérieuse et austère de toute sa vie. Non seulement elles n’étaient pas devenues des ‘sœurs’, mais elles n’étaient pas près d’être simplement amies. Elle a finit par quitter Fairview pour une ville plus mouvement – ce que n’a jamais compris Novalee puisqu’elle n’avait jamais vu sa colocataire sortir de l’appartement pour profiter des activités de la ville. Novalee a passé une annonce pour se trouver une nouvelle colocataire et il y a une petite rouquine qui a répondu. Avec Emma, le courant a bien passé. Si bien que Novalee peut la considérer comme sa famille. Peu importe les disputes ou l’éventualité qu’elles cessent d’être colocataires un jour : elles ne perdraient jamais contact.

Novalee fait très bien à manger, mais aime surtout cuisiner pour les ‘occasions’, comme les soupers entre amis ou les petites fêtes qu’il leur arrive d’organiser. Lorsqu’elle est seule, elle n’a souvent pas la motivation de se lancer dans les chaudrons – surtout découragée par la vaisselle qui vient avec – elle finit par se faire un grilled cheese. Fancy.

Elle est très en contact avec l’homme qui sommeille en elle. Certains disent que juste sa façon d’être totalement indépendante de l’autre lorsqu’elle fréquente une personne c’est comme sortir avec un homme. Mais ça va plus loin que ça. Elle adore sa voiture, une soirée parfaite ne consiste souvent qu’en ce trio magique : bière + chips + sport à la télé. Elle aime bricoler. Une patte de chaises plus courtes que les autres? Donnez-lui deux minutes, elle va courir chercher sa scie. Une bibliothèque à assembler? N’osez surtout pas lui donner le plan, elle peut faire sans. Les jeux vidéo n’ont pas de secrets pour elle. Sans parler de son orgueil typiquement masculin. Jamais elle ne s’arrêtera pour demander des indications routières. Jamais. Elle préfère tourner en rond et arriver avec six heures de retard. C’est d’ailleurs comme ça qu’elle a trouvé son coin de paradis, Fairview. Elle étudiait et vivait à Chicago, sur le campus universitaire. Elle n’avait pas eu le courage de se pointer à son examen, sachant pertinemment qu’elle allait l’échouer lamentablement, elle a préféré sauter dans sa voiture et partir sur un road trip. Conduire jusqu’à ce qu’elle soit fatiguée. Elle voulait aller au Wisconsin, mais elle s’est perdue et est atterrie à Fairview.

Novalee est absolument incapable de s’occuper de plantes, mais elle adore les fleurs. Disons simplement qu’elles ont des espérances de vie très limités avec elle. Elle parviendrait sans doute à tuer une plante en plastique. Elle adore se balader dans les rues résidentielles de Fairview pour admirer les aménagements paysagers de ceux qui ont le pouce vert. C’est d’ailleurs sur Water Lane qu’elle trouve les plus jolis jardins – même si ceux de Wander Lane sont souvent extravagants et de toute évidence entretenus par des professionnels.

La musique c’est toute sa vie. Elle a étudié dans un conservatoire et a appris à se débrouiller avec plusieurs instruments – bien que la guitare reste son dada. Elle fait d’ailleurs partie d’un groupe rock – probablement sans grand avenir – qui fait des concerts dans certains bars et salles de concert d’Aurora et Rockford. Parfois même Chicago. C’est loin de payer les factures, mais, tant qu’elle peut jouer, elle est heureuse. Elle possède une collection impressionnante de disques vinyles. Elle a construit une étagère qui occupe un mur complet de l’appartement et sa table tournante et ses disques y sont rangés. Pink Floyd, Beatles, Sinatra, Elvis Presley, Led Zeppelin et Cie font partie de ses préférés. Elle peut s’installer avec son gros casque d’écoute sur les oreilles et carrément se couper du monde extérieur. Un incendie pourrait se déclarer qu’elle ne s’en rendrait même pas compte.

Novalee s’est personnellement donné le mandat d’être la wingwoman d’Emma. Elle la traîne au bar et pousse plein de garçons vers elle. La petite rouquine est coriace, elle a su faire foirer tous les plans de séduction orchestrés par Novalee, mais la brunette n’a pas encore dit son dernier mot. Son amie will get laid.

Elle est totalement une cat person. Il y a plus de chances qu’elle finisse, à quarante ans, avec une vingtaine de chats qu’avec un mari et des enfants. Elle a récemment adopté un petit chat qui errait près de l’immeuble. Elle l’a baptisé Lucky Luke après lui avoir attaché au cou un petit bandana rouge.

C’est peut-être parce qu’elle est née un jour d’Halloween ou parce qu’elle faisait partie du club de théâtre au lycée, mais Novalee a une affection un peu malsaine pour les costumes. Elle garde une grande malle où elle les collectionne. Non seulement, elle les garde précieusement, mais elle les porte! Elle décide de manger Indien? Soyez certains que Novalee ira enfiler son sari avant de mettre la main à la pâte. Emma est fiévreuse? C’est sous les soins attentionnés de ‘infirmière (sexy) Novalee’ qu’elle sera. Comme elle déteste faire le ménage, la seule façon de se motiver c'est d'enfiler son costume de (sexy) french maid.

Étant assez tête en l’air, elle a la fâcheuse habitude d’oublier de payer le loyer à la date fixée par le proprio. On pourrait croire que, comme elle vit dans l’appartement depuis quatre ans, il a pu apprendre à la connaître et éprouver trop d’affection pour elle pour la mettre à la porte. Ce n’est pas tout à fait le cas. Il est beaucoup plus patient et compréhensif depuis qu’une certaine jolie rousse habite aussi avec elle. En effet, quand Novalee se présente à son bureau avec des jours de retard, c’est avec des photos ou autres petits effets appartenant à Emma qu’elle réussi à acheter son pardon. Le vieux vicieux est même allé jusqu’à lui demander un soutien-gorge. Novalee croit très fort au dicton : « ce qu’on ignore ne peut nous faire de mal » et fait donc cette contrebande à l’insu de la principale intéressée.



______________________
<img src="http://24.media.tumblr.com/tumblr_m6fvgisrjd1r4sd5ro3_250.gif"; width="210px">


Dernière édition par Novalee Lafleur le Ven 8 Juin 2012 - 5:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINISTRATRICE DE FML

MESSAGES : 1464


INFORMATIONS
EMPLOI/ÉTUDES: Barmaid et troubadour
RELATIONS:
STATUT: Célibataire

MessageSujet: Re: △ NOVALEE MADE SOME CRÈME BRÛLÉE LAY LAY LAY LAY   Ven 8 Juin 2012 - 5:28


~ Crime of the Century

The One With the New Roommate
FAIRVIEW, avril 2010 et juin 2012.

Elle examina la face A, puis la face B du disque avant de le déposer dans le tourne disque. Elle abaissa le bras et enligna avec précision la tête de lecture pour faire jouer la chanson désirée. Quelques crépitements et ça commençait. Novalee ferma les yeux quelques instants, pour apprécier l’air de Dear Mr. Fantasy. Le bruyant ‘buzz’ de l’interphone la fit sursauter. Elle s’empressa vers ce denier et enfonça la touche qui lui permettait de répondre au visiteur. « Bienvenue dans l’immeuble, je t’ouvre la porte. » Elle lâcha le bouton, coupant la communication et appuya sur un autre qui enclencherait le déverrouillage de la porte d’entrée. Novalee balaya rapidement la pièce à aire ouverte de l’appartement et constat que les lieux étaient plus en désordre qu’elle ne l’avait cru. Elle avait d’abord voulu laisser l’endroit dans son état habituel. Puis, elle réalisa que le champ de bataille risquait plutôt de faire fuir quiconque était intéressé par son annonce dans le journal. Elle avait écrit ‘joli petit appartement propre et convivial’, après tout. Elle s’était donc mise à ranger les lieux le matin même, se préparant à faire visiter les lieux à une certaine Emma. Comparé à ce qu’avait l’air l’appartement quelques heures plus tôt, c’était une énorme amélioration, mais ce n’était pas assez ‘wow’. Novalee se précipita vers le salon où elle entreprit de ramasser tout le courrier qu’elle avait prit l’habitude d’y mettre, les magazines ou feuilles sur lesquelles elle écrivait quelques partitions ou couplets qui lui venaient en tête. Les mains pleines, elle tourna sur elle-même quelques fois, à la recherche d’un rangement. Deux coups donnés contre la porte d’entrée la firent paniquer et elle finit par fourrer la pile de papiers sous le coussin du sofa. Ça ferait l’affaire. Novalee alla ouvrir la porte. « Tu dois être Emma! » (…) «Ta-dam! Voici le palace… » Chantonna Novalee en ouvrant la porte de la chambre vacante en effectuant un geste théâtral de la main qui se voulait une invitation à pénétrer dans la pièce. Elle montra la ‘magnifique’ vue offrant le magnifique spectacle qu’étaient les immeubles voisins, le placard et Emma se contentait d’observer l’état de la pièce en silence pendant un moment. « C’est vraiment bien. Mieux que ce que les autres que j’ai visitées… Pourquoi est-ce que la chambre est à louer? » Demanda-t-elle finalement. La question fit sourire Novalee, le classique scénario du ‘tâter le terrain afin de s’assurer que le futur colocataire n’est pas trop cinglé’. La rousse se dépêcha d’ajouter : « Si c’est pas trop indiscret. » Le sourire de Novalee s’élargit. « Oh, tu sais, elle était vraiment difficile à vivre. Elle laissait toujours ses serviettes mouillées sur le plancher de la salle de bain. Toujours. La seule chose que je lui demandais et elle ne le faisait pas… Enfin. La police a qualifié l’incident de légitime défense… » Elle s’approcha du mur près de la porte et fit mine de l’observer pensivement durant un instant. « L’équipe de nettoyage a vraiment fait un bon boulot. Le sang disparu, le mur est comme neuf. » Elle ne savait pas trop pourquoi elle faisait ça, la blague de mauvais goût. Le plan idéal pour faire fuir la potentielle colocataire. Pourtant, elle avait bien besoin d’aide pour payer le loyer. Elle devait faire des compromis pour tout payer et c’était le garde-manger qui commençait à en souffrir. Elle s’envoya quelques insultes mentalement quand son attention fut attirée par le rire cristallin d’Emma. Une colocataire qui avait le sens de l’humour? Ce serait une première. (…) « Et, last but not least, ce qui rend cet endroit le plus beau sur terre : LE mur. » Elles arrivèrent devant le plus long mur de la pièce. Que des étagères remplies de disques vinyles. « Wow… Je peux? » Novalee hocha la tête, un sourire aux lèvres. «Ils sont rangés par ordre alphabétique donc on trouve facilement ce qu’on cherche et tu peux fouiller à ta guise. Aussi, ailleurs on te dira sans doute ‘en cas de feu, dirigez vous rapidement vers la sortie de secours’, mais pas ici. Non. Si j’apprends qu’on laisse mes bébés passer au feu, tu risques de regretter de ne pas avoir péri dans les flammes. » Emma s’avança en riant et commença à faire défiler les pochettes du bout de son index, visiblement à la recherche de quelque chose en particulier. « Sinon, pour les garçons, il y a le classique truc du bas accroché sur la poignée de porte qui a fait ses preuves. Très efficace. » Novalee rit légèrement en lui envoyant un clin d’oeil avant de réaliser qu’Emma, l’album éponyme des B-52’s en mains, était restée comme figée. Elle se dépêcha d’ajouter : « Ça fonctionne avec les filles aussi, tu sais. Moi je n’ai aucun problème avec ça! » Elle devait avoir empiré la situation puisque la peau pâle de la rouquine devenait de plus en plus rosée. Elle déglutit péniblement. « Non… Non, je suis célibataire. Pas de garçons. Ni de filles! » Balbutia-t-elle finalement. Novalee rit avant de placer son bras autour des épaules d’Emma. « Alors, il faudra remédier à la situation! » Et elle s’en faisait le mandat personnellement.

▽△▽

«On est rentrés! Et le petit chat de chasse va bien! » Chantonna Novalee en refermant la porte avec le bout de son pied, son chaton, Lucky Luke, dans les bras. Elle attendit une réponse, en balayant le petit appartement des yeux, à la recherche de la tête rousse. Ils revenaient du vétérinaire, le chaton ayant été anormalement calme et refusant de manger depuis des jours. « Emma? » Elle posa le chat au sol et le caressa rapidement quand une espèce de long gémissement plaintif provenant de la chambre d’Emma se fit entendre. Novalee arqua un sourcil en regardant la porte, en train de débattre mentalement si Emma était à l’article de la mort ou si, au contraire, elle était en train de s’amuser un peu avec un petit quelqu’un – ou en train de découvrir son corps, toute seule. Novalee avança vers la porte close et, serrant la poignée de sa main, lança : « J’espère que t’es pas nue là-dedans, parce que j’arrive! » Elle ouvrit et fut un bref instant un brin déçue de ne pas la surprendre avec le beau petit nouveau de l’étage, Mason. Elle aurait aimé pouvoir lui faire un speech sur l’importance du bas sur la poignée de porte, après en avoir reçus de nombreux de la part d’Emma. « Hey, ça va? » Elle put apercevoir un bout de tête rousse qui dépassait de sous la couette bouger légèrement de gauche à droite. Novalee poussa une exclamation d’excitation. « Oh mon Dieu, je reviens tout de suite! » Elle couru dans sa chambre, sautant sur son lit pour accéder plus rapidement à la garde-robe où elle gardait sa précieuse malle de costumes. Elle adorait quand Emma était malade, le costume de l’infirmière étant un de ses préférées. Après avoir enfilée la robe trop courte et trop moulante et posé sur sa tête le petit chapeau blanc décoré de la croix rouge, elle hésita entre les souliers rouges aux talons effrayants et de simples ballerines blanches. A contrecœur, elle enfila les souliers plats. Elle fouilla quelques instants dans la malle avant de trouver un petit quelque chose pour Emma et passa par la pharmacie de la salle de bain, à la recherche d’aspirine et du thermomètre, quelle glissa dans ses poches, avant de retourner au chevet de sa grande malade. Sentant le poids de Novalee sur son matelas, Emma sortit la tête de sous ses couvertures. « Oh non. Pas le retour d’Infirmière Novalee… » La brunette rit et lui jeta le second costume dessus. « Allez, va enfiler ça. » Emma la regarda, incrédule, et s’assied dans son lit, observant la robe de chambre d’hôpital. « Où est-ce que t’as déniché ça? » Demanda-t-elle en jeta un regard amusé, un sourcil arqué, à sa colocataire. « … À l’hôpital. Quand je m’étais cassé le bras… » Emma haussa les sourcils. « Tu sais qu’on est pas censés les garder? » Elle rit et fut rejointe par Novalee. « Quoi? Bien sûr que si. Tout le monde le fait! » Emma se passa une main sur le front, incrédule, en riant. « Non… Ça c’est les robes de chambre dans les hôtels… » Novalee fronça les sourcils, pensive. « Quoi? Mais non … » Après quelques secondes supplémentaires, elle poussa à nouveau une exclamation. « …Oh. Peu importe. Enfile-la. » Emma poussa un profond soupire que Novalee soupçonnait d’être légèrement exagéré. Elle savait qu’Emma prenait plus de plaisir à ses petits jeux qu’elle ne le laissait paraître, même si elle était enrhumée et fiévreuse. Elle se leva et enfila la robe de chambre d’un bleu délavé, triste, par-dessus son pyjama coloré. Elle se recoucha aussitôt et se fit border par l’infirmière Novalee. Elle replaça l’oreiller de sa colocataire et fit mine de s’occuper de son bien-être avant de sortir le petit pot de comprimés d’aspirine de sa poche. « Tu sais ce qu’on devrait faire quand les pilules auront fait effet? On devrait aller demander à Madame Biggs sont fauteuil roulant et faire une petite course dans le couloir! » Elle prit les deux comprimés que lui tendait Novalee et les avala avec une gorgée d’eau. « Hey! Premièrement, je suis l’infirmière donc c’est moi qui fait les règles et qui décidera quand tu auras ton congé de l’hôpital. Deuxièmement … Eh ben, pas besoin de plus d’arguments avec les autres en béton. » Emma fit une moue boudeuse en levant les yeux vers le ciel. Elle ouvrit la bouche, prête à protester, mais fut stoppée par les ‘tut-tut-tut’ de Novalee qui lui glissa le thermomètre sous la langue pour la faire taire pour de bon. La barmaid fronça les sourcils et observa intensément le thermomètre pendant un long instant, pensive. « Merde. J’espère vraiment que c’est pas le même que j’ai utilisé pour prendre la température de Lucky hier! »


The One With the Morning After
FAIRVIEW, juin 2012.

Novalee jeta un nouveau coup d’œil vers l’homme à la mine basse assis au bar. Il devait être assis là depuis au moins deux ou trois heures. Il avait pris quelques bières, lentement, comme trop perdu dans ses pensées. Elle balaya rapidement les alentours du bar, à la recherche de son patron. Il devait être dans son bureau. Parfait. Elle saisit un verre et y mis quelques glaçons qu’elle arrosa de whiskey. Elle posa le verre devant le jeune homme, sans ajouter un mot. Il leva les yeux vers elle, une expression d’interrogation évidente se lisait sur les traits de son visage. « Je n’ai pas comman - » « Je sais. C’est la maison qui offre. » Elle chercha son regard, déjà rebaissé vers ses mains sur le comptoir, des yeux afin de lui sourire. « A cette heure, il n’y a plus de thérapeutes de disponibles. C’est le meilleur remède que tu trouveras. » (…) « Wow, toutes ces années avec la même personne? C’est… Wow. Je sais pas comment tu as fait. » Elle parlait fort, commençant à être la victime des effets de l’alcool qu’elle ingérait en compagnie de Baze. Elle le fixa un instant, elle s’imaginait vivre une si longue relation, et fini par pouffer de rire. Il rit aussi. « Je pense que ma plus longue relation a dû durer quelque chose deux semaines. » Il plongea son regard rieur dans celui de Novalee qui le soutenu durant un long instant. Elle finit par craquer et sourire. « Je sais ce qu’il te faut… » Elle avait son petit sourire en coin. « Et qu’est-ce qu’il me faut d’après toi? » Il semblait visiblement amusé par la barmaid, par la façon dont elle flirtait visiblement avec lui, par la façon dont elle s’était visiblement donné le mandat de lui remonter le moral. Elle y parvenait, d’ailleurs. « T'amuser! » Lâcha-t-elle en riant. « Ça va commencer par un autre verre et, ensuite, on verra. » Elle lui fit un clin d’œil et sortit deux verres de sous le comptoir. (…) « Bienvenue chez moi… » Elle chuchotait, ses lèvres contre les siennes en refermant la porte d’une légère poussée du revers de la main. Normalement, elle aurait ouvert les lumières, jeté ses clés sur la console près de la porte, … sans vraiment se soucier de risquer de perturber le sommeil d’Emma. Sauf lorsqu’elle ne rentrait pas seule. Emma étant … Emma, Novalee avait tendance à faire tout son possible pour ne pas la faire interagir avec ses conquêtes. En revanche, le lendemain matin – s’il n’était toujours pas parti – elle n’hésitait pas à leur présenter la rouquine, sachant qu’elle les ferait fuir dans le temps de le dire. Novalee passa ses bras autour du cou de Baze et l’entraina, en marchant de reculons, vers sa chambre en passant par le salon. Sans éclairage, elle pouvait se guider facilement. Elle habitait dans l’appartement depuis 4 ans. Elle le connaissait littéralement comme le fond de sa poche. Elle mordillait coquinement la lèvre inférieure du jeune homme quand, en reculant vers sa chambre, elle fit tomber ce qu’elle pensait être une sorte de sac de voyage ou de sport. Si elle n’avait pas eu les lèvres de Baze collées à son cou, si elle n’avait pas eu ses doigts se glissant sous le bas de son chandail, peut-être qu’elle aurait pris un instant pour réfléchir à la présence du sac. Elle aurait sans doute trouvé pourquoi le nom ‘Baze’ lui semblait familier, elle aurait sans doute fait le lien entre ‘la sœur chez qui il allait héberger quelques temps’ et Emma. Mais elle avait ses lèvres qui exploraient son cou et, aidée par l’alcool, elle ne pouvait penser à autre chose que ses doigts qui se glissaient sur le bas de son dos.

△▽△

Novalee s’étira longtemps, poussant un petit son endormi de soulagement en relâchant la tension de ses muscles. Elle ouvrit les yeux et se passa une main dans la chevelure pour dégager son visage du rideau de cheveux qui lui obstruait la vue. Aussitôt, elle regretta son geste et grogna un peu. La clarté du matin ajoutée à sa greule de bois : dur réveil. Elle se releva sur ses coudes et sourit en voyant son chat couché au bout du lit. Novalee s’assied dans son lit et le prit dans ses bras. En le caressant, elle réalisa qu’Emma était déjà levée – comme elle l’était toujours, beaucoup plus matinale que Novalee. Et elle n’était pas seule. Elle pouvait l’entendre parler avec une autre personne. La barmaid fronça les sourcils en se rappelant des événements de la nuit précédente. Elle détestait quand ils prenaient la peine de rester toute la nuit et encore plus lorsqu’ils essayaient de tisser des liens avec Emma. Elle reposa son chat sur le matelas et sortit du lit à contrecœur. Elle enfila les premiers vêtements qui lui passèrent par la main, visiblement pas à la recherche d’impressionné le type de la veille, Baze. Elle jeta un coup d’œil dans le salon avant d’aller rejoindre les autres dans l’aire de la cuisine. Les draps pliés et posés sur le divan, le sac qui devait être celui qu’elle avait renversé en rentrant dans le noir, et l’oreiller sur le sofa… « Ah, la voilà! » La rouquine passa son bras autour des épaules de Novalee et la fit avancer dans la pièce. Il était bien là, assis à la table à manger devant un bol de céréales vide, celui d’Emma à côté. Ils avaient pris le petit déjeuner ensemble? Elle avait même la certitude qu’il ne portait pas les mêmes vêtements que la veille. « Lily, je te présente mon frère : Baze ! » Les sourcils haussés, la bouche ouverte, Novalee ne disait pas un mot, se contentant de fixer le frère de sa colocataire, totalement incrédule. Ils se regardèrent longtemps. Essayant de savoir si l’autre est prêt à dire la vérité ou à jouer la carte de l’innocence. De toute façon, il ne se voyait pas plus qu’elle conter leur nuit à Emma puisqu’il s’était changé et qu’il avait terminé la nuit sur le sofa. Emma se racla la gorge et son frère se leva et s’approcha de Novalee, un large sourire aux lèvres et la main tendue vers elle. « Enchanté, Novalee. » Elle fixa sa main un instant, hésitante. «Enchantée… » Elle sourit à Baze en lui serrant la main, puis tourna la tête vers Emma, son sourire plus insistant. « Je vois que tu n’as pas hérité de la même maladie que ta sœur. » Elle fit une mine de compassion en montrant les cheveux d’Emma du doigt.


______________________
<img src="http://24.media.tumblr.com/tumblr_m6fvgisrjd1r4sd5ro3_250.gif"; width="210px">
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: △ NOVALEE MADE SOME CRÈME BRÛLÉE LAY LAY LAY LAY   

Revenir en haut Aller en bas
 

△ NOVALEE MADE SOME CRÈME BRÛLÉE LAY LAY LAY LAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Take a Walk On the Wild Side-
Sauter vers: