Partagez | 
 

 ◭ LISTEN OT THE COLOR OF YOUR DREAMS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MESSAGES : 117


MessageSujet: ◭ LISTEN OT THE COLOR OF YOUR DREAMS   Jeu 28 Juin 2012 - 22:56


© phoebe-tonkin (tumblr)
clover micah hurley
~ Please take your time, but you've got to know that I am taking sight. Oh, you look good with your patient face and wandering eye. Don't hold this war inside. ~
~ Hide in your shell

NOM: Elle porte le nom de son père, Hurley qui signifie ‘sea tide’. Franchement, elle préfèrerait être une Rhodes, comme sa meilleure amie dont elle apprécie plus la famille que la sienne. PRÉNOMS: On l’a nommée Clover qui signifie trèfle. Son second prénom est MicJah. Le premier était le prénom de son arrière-grand-mère.  SURNOMS: Malheureusement, Clover ne possède pas un nom duquel on peut dériver de nombreux surnoms. Elle a bien sûr droit à quelques Clovie de temps à autre, mais ça reste une déception pour elle ne pas avoir de surnom officiel. Toutefois, elle aime bien se faire appeler par son nom de famille, ça l’amuse. Elle a d’ailleurs souvent le réflexe de le faire avec les autres. ÂGE: Clover vient de fêter son vingt-troisième anniversaire. DATE DE NAISSANCE: Elle est née le vingt-quatre juin ici même, à Fairview. Comme il s’agit de son 24ième anniversaire, la superstition veut que cette année soit son année chanceuse. Pour l’instant, c’est mal barré.   NATIONALITÉ: Elle est 100% Américaine. Là où, comme il est inscrit sur les billets, in God we trust. STATUT CIVIL: Elle ne sait plus trop comment se définir. Elle est amoureuse, pas totalement libre, mais pas non plus en couple. Bref, son couple est  en pause. MÉTIER/ETUDE: Clover vient de terminer sa première année scolaire à titre d’enseignante à temps plein à l’école primaire de Fairview. Elle s’occupait d’une classe d’élèves âgés de sept et huit ans. TRAITS DE CARACTÈRE: aimante – amusante – attentive – attentionnée – bavarde – capricieuse – créative – cultivé – curieuse – cynique – délicate – dévouée – désordonnée – tête en l’air – distraite – farceuse – douce – amicale – chaleureuse – ouverte – émotive – sensible – dépendante – insécure – exubérante – extravertie – excentrique – sociable – gourmande – impulsive – jalouse – lunatique -  puérile – effrayée – a peur de l’engagement – rancunière – rêveuse – taquine - tendre. GROUPE: Fairview Apartments.

~ Ain't nobody but me


Les choses suivantes sont importantes pour vous (cochez):
la franchise
l'amour
la fidélité
la vie commune
fonder une famille
aider son prochain
l'alcool/les soirées
les animaux
le plein air
le mariage
savoir cuisiner
la beauté intérieure
l'argent
les potins et ragots
la musique
belle/grande maison
le travail/les études
la mode
la littérature/culture
les arts
beaucoup d'amis
la politique
les jeux vidéos
facebook/twitter etc.
l'apparence physique
la famille
les sports


1) Il est tard, vous rentrez du boulot après avoir dû faire des heures supplémentaires, et vous surprenez Madame Langlow qui sort d'une voiture qui n'a rien de la voiture familiale de son mari et le sourire béat qui s'affiche sur ses lèvres ne laisse pas présager qu'elle revient d'un souper entre copines. Que faites-vous de cette information?
Vous ne faites rien. Ça ne vous regarde pas, après tout.
Vous en parlez à vos amis les plus proches uniquement.
Vous le dites à la pire commère du quartier. Elle s'occupera du reste.
Vous faites du chantage à Mme. Langlow. Elle vous en devra une.
Vous allez raconter à son mari et vous régalez de la confrontation.


2) La gentille vieille dame qui vit dans la maison d’en face vient sonner à votre porte un beau matin. Ayant confiance en vous et devant s’absenter pour une semaine avec son mari, elle vous demande de bien vouloir passer tous les jours à leur domicile pour arroser les plantes et nourrir le chat. Elle vous offre avec un sourire et un grand remerciement la clef de sa maison. Que faites-vous de cette responsabilité supplémentaire?
Vous acceptez et prenez soin du chat et des plantes de bon cœur.
Vous arrosez les plantes uniquement à quelques heures de leur retour et laissez le chat dehors durant la semaine, il se débrouillera pour la nourriture et les plantes n’auront pas l’air desséchées!
Vous le faites et en profitez pour explorer tous les placards de la maison et vous servir dans le garde-manger.
Vous oubliez dès le premier jour et tuez les plantes.
Vous refusez dès le départ. Vous avez l’air d’un jardinier, peut-être?


3) Vous êtes en retard pour un rendez-vous important et sautez dans votre voiture. Alors que vous quittez votre stationnement, vous écrasez quelque chose. Paniqué, vous vous empressez d’aller voir ce que c’était. Vous trouvez la bicyclette rose de la gamine d’en face. Perte totale. Que faites-vous?
Vous ramenez le tas de ferraille aux voisins en vous excusant.
Vous le balancez dans la poubelle. Les éboueurs passent bientôt et on ne saura donc jamais que c’était vous.
Vous offrez de l’argent aux voisins pour le remplacer.
Vous allez le porter derrière les roues de la voiture d’un autre voisin.
Vous assumez être celui qui a brisé la bicyclette, mais faites passer un mauvais quart d’heure à vos voisins : il n’aurait jamais dû être là et ils sont chanceux que votre voiture n’en sorte pas abimée!


4) C’est le 31 octobre. Que faites-vous, comme à chaque année, pour célébrer Halloween?
Vous offrez bonbons et divertissement aux braves qui franchiront votre célèbre maison hantée!
Vous donnez des fruits aux enfants. C’est important de manger sainement!
Vous êtes à une fête costumée et espérez bien repartir avec la belle diablesse/le beau pirate qui se tient près du punch!
Vous vous costumez et passez à chaque maison, priant qu’on ne vous reconnaisse pas sous votre déguisement.
Vous éteignez toutes les lumières et ne faites aucun bruit. On ne viendra pas sonner à votre porte si on vous croit absent!


5) Un soir de semaine, vous êtes crevé de votre journée et ne pensez qu’à vous détendre un peu devant la télévision, bol de pop corn en main, avant d’aller vous mettre au lit. Vous entrez dans le salon et, ô malheur, un de vos proches monopolise le téléviseur en regardant un film que vous avez, en plus, déjà vu! Comment réagissez-vous?
Ce que vous regardez vous importe peu. L’important c’est de passer du temps avec vos proches.
Vous proposez de trouver un compromis, une chaîne ou un film que tout le monde appréciera.
Vous vous emparez de la télécommande avec force ou ruse et changez de chaîne.
Vous regardez, mais ne faites que faire des réflexions à voix haute et spoilez les revirements de situation.
Vous poussez de longs soupires et bâillements exagérés pour montrer votre ennui et votre exaspération. On finit par vous offrir la télécommande.


6) Vous êtes invités au mariage d’une cousine éloignée dont vous ne vous souveniez même plus de l’existence. Vous n’aviez pas l’intention d’y aller, mais votre mère vous force, croyant que votre absence ferait ternir la réputation de votre famille. Quel genre d’invité êtes-vous?
Vous avez versé quelques larmes à la cérémonie. Quoi de plus beau que l’union sacrée du mariage?
Vous êtes venu seul, espérant bien repartir avec une des demoiselles d’honneur/un des garçons d’honneur!
Vous profitez à fond de l’open bar et dansez la Macarena avec vos grands oncles et tantes.
Vous profitez du fait que vous ne reconnaissez personne – et que personne ne vous reconnaisse – pour vous faire passer pour une vieille connaissance du marié et faites un long discours en l’honneur des mariés.
Vous restez à l’écart des autres et n’avez pas offert de cadeau. C’est déjà exceptionnel que vous soyez présent!


7) Comme vous le savez déjà, à Fairview, les ragots vont bon train. Vous sortez de votre maison et le voisin d’en face qui sort les ordures vous envoie la main. Une vieille commère vous voit vous saluer et, d’ici une semaine, on chuchotera derrière votre passage que vous flirtiez sans gêne. Quel est la rumeur la plus susceptible d’être propagée à votre sujet?
Vous êtes trop gentil. Vous devez cacher un lourd passé. Crime, prison, etc. Vous pourriez même être très dangereux!
Adultère et pourquoi pas un enfant illégitime?
Chirurgie esthétique. Nez, lèvres, sourcils, dentition et mêmes abdos!
Fraude/évasion fiscale et peut-être même une usurpation d’identité!
Gold digger. Il n’y a que l’argent que vous aimez et vous seriez prêt à tout pour en avoir plus...

~ goodbye stranger
Spoiler:
 


Dernière édition par Clover Hurley le Ven 29 Juin 2012 - 5:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MESSAGES : 117


MessageSujet: Re: ◭ LISTEN OT THE COLOR OF YOUR DREAMS   Jeu 28 Juin 2012 - 23:00


~ Dreamer

Elle était une vraie petite peste quand elle était gamine. Le pire c’est qu’elle ne se faisait jamais pincer. Après tout, avec un minois angélique comme le sien, qui pourrait lui prêter les pires intensions possibles? Elle a grandit sur Water Lane et, deux maisons à droite de la sienne, vivait une vieille dame qui faisait sans doute les meilleures tartes de toute la ville. Elle avait cependant la fâcheuse habitude de les laisser à refroidir sur le rebord de la fenêtre de sa cuisine. Le nombre de tartes que Clover a volées ne se compte pas sur les doigts d’une main, ils sont trop peu nombreux! Et qui écopait des conséquences? Les voisins d’à côté qui n’étaient pas plus des anges qu’elle.

Heureusement, aujourd’hui, Clover a prit en maturité. Mais pas trop non plus. Elle a encore un esprit très enfantin, elle aime rire et pense souvent plus à faire des plaisanteries qu’à engager une discussion profonde et sérieuse. Toutefois, elle a gardé la mauvaise manie de jouer des tours. Du coup, sa dulcinée et ses amis ne sont pas à l’abri de vidéos tout mignons et tranquilles qui se terminent avec une face de monstre qui hurle, de cadrages de portes recouverts de papier cellophane, de sucrier vidé et rempli avec du sel ou encore de la bonne vieille crise cardiaque alors que vous ne vous attendiez pas à trouver Clover cachée derrière la porte.

Clover est une grande gourmande. Elle se débrouille bien en cuisine, d’ailleurs. Pourtant, elle est souvent trop paresseuse pour enfiler le tablier et se mettre aux fourneaux. C’est pourquoi elle connait par cœur les numéros de ses restaurants préférés en ville. Son estomac ne semble pas avoir de limite pour la nourriture chinoise. D’ailleurs, quand elle en commande, on pourrait penser que c’est pour une fête d’au moins douze personnes. Et non, ce n’est que pour elle. Le pire c’est qu’elle a aussi les yeux plus grands que le ventre et elle finit par ne pas tout manger et oublier ses restes dans le fond du frigo. En revanche, quand elle est nerveuse, elle devient une vraie Julia Childe et elle cuisine assez pour nourrir la moitié de la ville! Autant dire maintenant que, depuis quelques semaines, elle est toujours devant son four.

Elle est tout sauf une personne matinale. Il ne lui suffit pas de bien manger et de prendre un café pour être réveillée. Elle a beau être levée depuis une heure et avoir bien dormi, rien n’y fait. Elle reste complètement à côté de la plaque jusqu’à onze heures. Elle pourrait d’ailleurs vivre de nuit sans problème. Malheureusement, son emploi d’enseignante ne lui permet pas de faire la grasse matinée, mais elle se reprend bien durant l’été où elle force Spencer à rester debout jusqu’aux petites heures de la nuit. Elle met en général au moins deux alarmes différentes pour se réveiller. Le réveil matin et son portable et, quand elle a eut du mal à s’endormir, celui de Spencer aussi.

Le plus grand défaut – et aussi son trait de personnalité le plus énervant – est sans aucun doute son manque de confiance et son besoin d’attention. Un psychologue pourrait faire une fortune avec elle à l’écouter raconter comment elle a manqué d’amour lorsqu’elle était adolescente. C’est sûr que, quand on naît dans une famille très stricte et croyante, et qu’on est homosexuel, on ne peut pas espérer sans sortir sans égratignures. Clover est aujourd’hui une personne assez sensible et fragile. Qui, en amour, a besoin d’être rassurée et qu’on démontre sans cesse son amour envers elle. Elle est très dépendante. C’est pourquoi elle réserve souvent des petites crises de jalousie et d’angoisse à sa bien-aimée qui, contrairement à elle, est très indépendante.

Ironiquement, elle a une réticence incroyablement forte à s’engager. Elle panique, prend peur tout simplement. Par exemple, quand elle a réalisé qu’elle était amoureuse de Spencer, Clover a voulu la quitter. Finalement, la blonde s’était montrée suffisamment autoritaire pour lui faire avouer la vérité et ainsi obtenir son premier ‘je t’aime’. Ça explique pourquoi elle a complètement perdu la raison quand Spencer lui a annoncé qu’elle venait d’acheter une maison en plus de la demander en mariage. Suite à sa réaction, Spencer a décidé de faire une pause dans leur relation et, depuis, elles s’évitent – quoi que c’est assez difficile dans une petite ville comme Fairview.

Ses parents ont tout essayé pour la « guérir ». Inviter le pasteur aux dîners du dimanche soir, la faire aller aux ateliers pour ‘adolescents perdus’ de l’église et compagnie. Quand ce fut tout simplement plus qu’elle ne pouvait le supporter, Clover est partie vivre chez sa meilleure amie pour le reste de l’année scolaire jusqu’à ce qu’elle puisse enfin quitter la ville et aller à l’université.

Clover a dû aller à une école située dans la ville voisine durant quelques années. Il s’agissait d’une école religieuse pour filles uniquement. Arrivée au beau milieu de l’année, alors qu’un déménagement d’une élève avait libéré une place, elle était vite devenue le souffre-douleur de ses camarades et on se plaisait à la traiter de sorcière. Elle a suivi les conseils de sa meilleure amie qui pensait qu’en pareil cas, il fallait combattre le feu par le feu. Elle s’était donc mise à apporter des livres sur la magie blanche et noire à l’école et, au midi, elle enroulait des mèches de cheveux, coupés de sur ses vieilles poupées, autour de cœurs de pommes et elle terrifiait toutes ses camarades de classe. Au bout de quelques semaines de ce petit jeu, elle fut renvoyée parce qu’elle était possédée et qu’elle incitait les autres filles à suivre la trace des forces occultes et du mal.

A la fin de ses études universitaires, elle emménagea avec sa petite amie à Chicago où elle était remplaçante dans les écoles primaires de la ville. Finalement, on référa son nom lorsqu’un enseignante prit sa retraite et c’est ainsi qu’elle fut appelée par le directeur de l’école primaire de Fairview qui voulait lui offrir un poste permanant. Et la voilà de retour dans cette ville qui lui rappelle autant de mauvais souvenirs que de bons. Heureusement qu’elle peut compter sur ces vieux visages amicaux, comme sa meilleure amie depuis toujours, Marley, mais aussi le support de sa petite amie.

Elle ne parle plus à ses parents. Comme le pardon fait partie des valeurs dans lesquelles elle a été élevée, elle serait prête à leur pardonner ce qu’ils lui ont fait subir, mais elle sait qu’ils sont loin de regretter ou d’accepter son homosexualité. C’est pourquoi elle ne fait que les saluer lorsqu’elle les croise dans la ville. D’ailleurs, lorsqu’ils croisent Spencer et que Clover n’est pas dans les parages, ils l’ignorent.

C’est une enseignante dévouée pour ses élèves. Elle refuse catégoriquement de contribuer à l’hyper-sexualisation des jeunes et toutes ces choses qu’on entend aux bulletins de nouvelles du soir. C’est pourquoi, chaque jour, elle fait écouter à ses élèves des morceaux de musique classique, des Beatles, de Michael Jackson, des Rolling Stones et compagnie. D’ailleurs, elle aime travailler avec la musique et elle n’hésite pas à enfiler costumes et de s’armer d’une guitare pour faire ses leçons.

Après que Spencer ait décidé qu’il valait mieux pour elles de faire une pause, Clover est sortie de la ville et est atterrie à Chicago. Elle est allée dans un bar et a enchaîné les verres en solitaire. Jusqu’à ce qu’un beau blond avec des yeux qui lui rappelaient ceux de Spencer ne vienne l’aborder. Inutile de vous dire la suite des événements… Si les souvenirs de cette nuit restent assez flous pour Clover, les nausées qu’elle subit tous les matins depuis quelques jours commencent à l’inquiéter. Elle a acheté un test de grossesse, mais n’a pas encore osé le faire. Peut-être qu’au fond elle a peur de déjà savoir le résultat.




Dernière édition par Clover Hurley le Ven 29 Juin 2012 - 5:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MESSAGES : 117


MessageSujet: Re: ◭ LISTEN OT THE COLOR OF YOUR DREAMS   Jeu 28 Juin 2012 - 23:04


~ Crime of the Century

The One with the Multiple Coming Outs.
FAIRVIEW, février 2006.

« Okay, à mon tour... » lança Marley en reversant un peu de son mélange de vodka et de jus d’orange sur la table à café du salon de ses parents. « Je n’ai jamais … faites une recherche internet pour regarder du porno! » dit-elle en riant. Les deux amies se regardèrent un moment et burent leur verre, en riant frénétiquement. Clover se leva sur ses genoux et attrapa la vodka qu’elle versa généreusement dans leurs verres alors que Marley ajoutait quelques gouttes de jus à peine. Dix sept ans, une maison pour elles seules toute la nuit. Ce qui avait dû être une simple soirée entres filles, à regarder des films à l’eau de rose des années quatre-vingt se terminait, comme toujours, en une beuverie qu’elles regretteraient le lendemain matin. « Je n’ai jamais … » commença Clover en fronçant les sourcils. Elle n’avait jamais été bonne à ce jeu et, plus elle buvait, plus elle n’avait que des confessions trop embarrassantes à faire. « Je n’ai jamais été amoureuse d’une fille. » Elle vida son verre à côté alors que Marley ne faisait que rire à côté, peut-être trop enivrée pour réaliser que son amie venait de faire son coming out. C’était définitivement l’alcool qui lui avait enfin donné le courage de le faire, mais elle pouvait sentir un point en moins sur ses épaules. Elle était gay et, enfin, elle n’avait plus à se cacher devant quelqu’un. Marley posa son regard sur sa meilleure amie et réalisa qu’elle semblait le plus sérieux du monde. « Clovie? » Clover ne fit que hausser les épaules en acquiesçant légèrement de la tête. Marley posa son verre sur la table à café, faisant tomber quelques autres gouttes au passage, et s’élança vers son amie. « Je suis contente que tu me l’as dit. Tu es ma meilleure amie. » (…) Clover essuyait nerveusement les paumes moites de ses mains sur ses cuisses. Sa gorge sèche et ses centaines de papillons dans le ventre. Elle devait le faire, ça faisait trop longtemps qu’elle voulait leur annoncer, mais qu’elle se dégonflait. Après tout, elle savait déjà comment ils allaient prendre la nouvelle. Mal. Avec un peu de chance, ils n’allaient pas l’envoyer dans un couvant pour nonnes à l’autre bout de la planète. « Alors, Clover, c’était quoi cette nouvelle que tu voulais nous annoncer? » demanda son père, visiblement déjà ennuyé de la conversation qui n’avait été que pluie et beau temps jusqu’à maintenant. Il ne savait pas que l’orage était sur le point d’arriver. « Oh je sais! Tu as enfin décidé d’accepter de te joindre à la chorale de l’église! » Sa mère posa sa paume de main sur son torse, émue, avant de s’affairer à verser du thé dans les trois tasses posées devant elle sur la table basse du salon. « Non. » Elle rit nerveusement. C’était maintenant. « Je suis … J’aime … J’aime les filles. » Pur silence. On aurait pu entendre une mouche voler. Que le son du thé qui se faisait verser dans la tasse qui commençait à déborder. Le silence perpétua pendant une longue minute. Peut-être le plus long soixante secondes de l’entière existence de Clover. Finalement, ses parents revernirent à la réalité. Son père se dépêcha de toucher ses épaules et son front, se mettant à prier, et sa mère se leva d’un bond. « Excusez-moi, j’ai un appel à faire. » Et elle se dirigea d’un pas rapide vers la cuisine. Clover s’attendait à des cris, des larmes… Mais elle n’avait droit qu’au silence. Étrangement, ce n’était pas un soulagement. Loin de là. Ne faut-il pas se méfier des eaux tranquilles? Après de nombreuses minutes où elle essayait de comprendre ce qu’elle parvenait à entendre sa mère marmonner depuis la cuisine, elle refit son apparition, un chiffon à la main, prête à essuyer la flaque de thé sur la table. « Demain, le pasteur va venir dîner à la maison. Il va te faire reprendre tes esprits. »



The One with the Secret Letters
CHICAGO, octobre à décembre 2009.

A la recherche de son stylo, Clover leva son manuel scolaire et retrouve ce qu’elle cherchait. Il avait dû glisser de son cahier. En le ramassant, elle remarqua la caricature de la vieille bibliothécaire frustrée qu’elle s’était amusée à faire après qu’elle ait tenté de lui confisquer son cellulaire qui avait sonné, une semaine plus tôt. Un sourire se traça sur ses lèvres, fière de la justesse avec laquelle elle avait dessiné son unique sourcil et elle remarqua qu’on avait ajouté quelques détails au dessin. Elle rit, silencieusement et commença un second dessin, peut-être que son partenaire d’art repasserait pas là pour le compléter… (…) Elle s’était encore éclipsée en douce de son cours avant la fin pour arriver à l’avance à la bibliothèque, avant que l’endroit ne soit bondé de monde pour l’heure du déjeuner. Elle n’aurait que peu de chance d’avoir sa table habituelle. Elle posa son sac sur la table et se dépêcha de tâter le dessous de celle-ci, à la recherche d’une lettre. Elle sourit en posant ses doigts sur la feuille scotchée. C’était devenu un rendez-vous hebdomadaire. Chaque semaine, ils s’écrivaient une lettre, se racontant tout et rien. Elle ne savait pas qui était cette personne, Clover ne savait que son nom : Spencer. Depuis quelques semaines, les lettres commençaient à prendre des tournures assez … personnelles. Et elle se rendait compte qu’elle attendait le mardi midi avec beaucoup d’impatience. Marley croyait qu’elle tombait amoureuse de ce mystérieux homme. Mais… Elle? Amoureuse d’un homme – qu’elle ne connaissait pas en plus! Ça semblait absurde… Et pourtant, quand elle lu le passage suivant « j’aimerais beaucoup qu’on se rencontre ici à la dernière journée de cours avant de partir pour les vacances de Noël », elle ne put s’empêcher de répondre oui sur le bout de papier qu’elle colla sous la table. (…) Clover avançait nerveusement à travers les rangées de la bibliothèque du campus universitaire. Elle espérait être la première arrivée. Pour avoir le temps de se calmer un peu ou de changer d’idée et de filer en douce. Au bout de la rangée, elle s’arrêta. Dès qu’elle l’aurait dépassée, elle se retrouverait peut-être devant son Spencer. Elle essaya de voir par-dessus les livres sur les tablettes, mais l’endroit semblait désert. Parfait. Elle prit une longue respiration et avança. Elle déposa son sac au pied de la chaise qu’elle tira avant de s’y installer. Elle balaya la salle d’études d’un coup d’œil rapidement et sans doute beaucoup moins subtile qu’elle l’espérait alors qu’elle faisait mine de s’étirer les bras pour se dégourdir un peu. Aucun garçon dans les parages. Seulement une étudiante assise un peu plus loin qui avait regardé dans sa direction au même moment. Cinq minutes passèrent. Puis dix… Il était officiellement en retard. Sans doute qu’il ne viendrait pas. Elle baissa la tête et observa leurs dessins qui étaient devenus partiellement effacés avec le va-et-vient et sans doute les efforts du concierge pour retirer l’encre indélébile. « Tu es Clover? » Clover sursauta et leva la tête. L’étudiante blonde assise plus loin… La brune observa gravement l’inconnue pendant un moment. Peut-être que Spencer avait envoyé une amie l’informer qu’il ne pouvait pas venir? Peut-être qu’il avait changé d’avis. Elle pouvait comprendre, elle avait presque rebroussé chemin avant de franchir les portes de la bibliothèque. Puis, elle réalisa. « Tu es Spencer? » Elle n’avait jamais même pensé à cette possibilité. Elle rit nerveusement alors qu’elle se sentait devenir écarlate. « Surprise! » lança maladroitement Spencer, aussi nerveuse qu’elle. Elle devait pertinemment savoir que Clover avait dû croire qu’elle était un garçon. Les deux restaient plantées là, à balancer leur poids sur une jambe puis à l’autre. Elles étaient définitivement plus à l’aise sur papier. « Je suis désolée ne pas t’avoir dit … » finit-elle par lancer. Clover réalisa qu’elle devait penser qu’elle était déçue, ou fâchée. Elle sourit tendrement et plaça une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. « Non. C’est parfait. »



The One where She Freaks Out
FAIRVIEW, juin 2012.

« Où est-ce que tu m’emmènes? On arrive bientôt? » Clover fit la moue alors qu’elle se retrouvait les yeux bandés, assise dans la voiture de Spencer – victime de l’une de ses surprises. « Dans deux petites minutes, sois patiente un peu! Ça ne fait même pas dix minutes qu’on est dans la voiture! » Spencer rit et Clover croisa ses bras contre sa poitrine. « Je hais les surprises. » Spencer immobilisa la voiture et coupa le contact. « Tu adores les surprises! On est arrivées – et ne songe même pas à tricher, Clover Micah Hurley. » Elle sortit de la voiture et fit rapidement le tour pour ouvrir la portière de Clover et l’aider à sortir. Elle la guida jusqu’à une porte qu’elle déverrouilla. Clover ne reconnaissait qu’une odeur de peinture fraîche. Spencer s’affaira à défaire le nœud qui maintenant en place le bandeau sur les yeux de Clover. « Ta-da! » dit-elle en le retirant. Une grande pièce vide. Clover rit en regardant la pièce rapidement. « On est où exactement? » Spencer lui sourit et posa un genou au sol, sortant de son sac à main une petite boîte de velours. Clover plaqua une main contre sa bouche. Surprise, estomaquée… Paniquée. « Clover Hurley, voudrais-tu bien accepter de devenir … propriétaire avec moi? » Elle ouvrit la boîte pour révéler une clef de maison. Elle rit et Clover prit la clef. Elle regarda plus attentivement la pièce où elle se trouvait et compris enfin. C’était la maison qu’elle avait montré une fois à Spencer, en lui disant que c’était sa maison préférée de tout Fairview. Et maintenant, Spencer l’avait achetée pour elles. « Relève-toi que je puisse t’embrasser! » lança Clover en riant, mais Spencer sortit une deuxième petite boîte de velours de son sac. « Et maintenant, la vraie question … Clover, acceptes-tu de devenir ma femme? » Une vraie bague. Une vraie demande en mariage. Clover ne savait pas quoi dire. Elle n’arrivait plus à réfléchir, à comprendre même ce qui était en train d’arriver. « Je … » Le sourire de Spencer s’effaça légèrement alors qu’elle fronçait des sourcils. « Tu sais que je hais les surprises! » cria nerveusement Clover alors qu’elle reculait machinalement, s’éloigna de Spencer. « Je dois y aller. » Et elle sortit rapidement de la maison, laissant plantée là une Spencer complètement perdue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ◭ LISTEN OT THE COLOR OF YOUR DREAMS   

Revenir en haut Aller en bas
 

◭ LISTEN OT THE COLOR OF YOUR DREAMS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Take a Walk On the Wild Side-
Sauter vers: